Conte du groupe de Lyna

Marguerite et la mine merveilleuse 


Lyna Bennani Zineb Bennani Sires 6°12

 

Il était une fois, une fille nommée Marguerite âgée de treize ans qui vivait avec ses parents en Bretagne, à Saint-Brieuc, dans une maison qui semblait abandonnée. Marguerite était belle, ses cheveux étaient d'un blond étincelant et ses yeux étaient bleus turquoise semblable à l’océan. Elle était courageuse, toujours prête à aider les autres et d’une douceur remarquable. Ses parents lui témoignaient une grande affection. Un jour, les parents de Marguerite trouvèrent un nouveau travail. La mère fut employée dans une ferme et le père exerça le métier de mineur.

 Un matin le père de Marguerite se rendit au travail mais ne revint jamais. La mère, effrayée, alla à sa recherche et disparut à son tour. Marguerite pleura à chaudes larmes et les attendit trois jours sans aucune nouvelle puis affolée elle se rendit à la mine. Elle s’y aventura, tomba dans un trou et entendit une voix à peine audible lui disant :

 

-<< Creuse, creuse ! >>

 

Marguerite étonnée ne fit pas attention à la voix mais soudain, une pierre tomba du plafond, elle reprit ses esprits et commença à creuser sans s’arrêter jusqu'à ce qu’elle trouva un monde sinistre ; le ciel était noir et il y avait des corbeaux dans tous les recoins. Par peur elle rebroussa chemin mais tout à coup quand elle se retourna elle ne vit plus la mine. Effrayée elle décida d’aller s’aventurer dans une forêt que l’on voyait au loin. Pendant son trajet elle entendit des cris démoniaques. Une fois arrivée dans la forêt elle vit des corbeaux venir vers elle, par peur elle courut à toute vitesse. A force de courir elle trébucha sur une branche d’arbre et lorsqu’elle leva la tête elle vit un homme d’une taille surprenante qui lui dit :

« Je suis l’homme que tu crains le plus et te voilà dans mon monde. J’ai enfermé tes parents et si tu as envie de les retrouver et de revenir dans ton monde, va franchir la colline sacrée et une fois arrivée en haut, prends la clé qui se trouve au sommet du plus grand arbre puis tu te trouveras dans une pièce sans aucune sortie. Tu dois réussir cette épreuve si tu veux retrouver tes parents, mais tu n’y arriveras pas ! »

Marguerite reconnut la voix qu’elle entendit pendant tout son trajet. Quand elle voulut lui demander pourquoi a-t-il enlevé ses parents il partit et vociféra un rire démoniaque. Elle fit tout ce que l'homme lui dit, prit la clé puis vit une lumière; elle ferma les yeux gênée. Puis en les rouvrant, elle se trouva dans une pièce sinistre sans issue. Deux nuits plus tard elle se trouva toujours enfermé, elle ferma ses yeux puis vit une toute petite porte étroite avec serrure. Elle se leva aussitôt, prit sa clé et ouvrit la porte. Elle rampa jusqu'à l'aube puis  tomba dans un trous et se retrouva avec ses parents dans une pièce aussi lugubre que la première. Marguerite vit une grande porte et essaya de l’ouvrir mais malheureusement la serrure se mit à grincer. Leur geôlier qui faisait sa sieste se réveilla en sursaut et accourut vers eux en les menaçant. En raison de sa grande taille ; il se cogna la tête contre le cadre de la porte et trébucha. Marguerite et ses parents profitèrent de ce moment pour prendre la fuite. Ils se rendirent près d’un marécage et le contournèrent. L’homme les suivit mais il glissa dans le marécage et se noya. Un passage s’ouvrit devant eux, ils se rendirent dans leurs mondes et reprirent le cours normal de leur vie.

Commentaires (2)

1. Achour 10/04/2011

très beau conte! BRAVO!

2. Batard :D 02/09/2011

Nul :D

Ajouter un commentaire

Vous utilisez un logiciel de type AdBlock, qui bloque le service de captchas publicitaires utilisé sur ce site. Pour pouvoir envoyer votre message, désactivez Adblock.

Créer un site gratuit avec e-monsite - Signaler un contenu illicite sur ce site